Seniors : des acquéreurs pas comme les autres !

Par

Tiphanie
Les seniors représentent une part croissante des acquéreurs depuis quelques années. Qu’ils recherchent un investissement sûr ou une résidence principale, ils dopent le marché et bousculent les habitudes des professionnels.
17% des emprunteurs dans l’immobilier ont aujourd’hui plus de 50 ans, selon les derniers chiffres du courtier Vousfinancer. Soit 6 points de plus qu’en 2011. Pro l type de ces acquéreurs seniors : un âge moyen de 57 ans, un projet de 265 000 €, un fort apport personnel d’environ 53 000 €, un montant moyen  nancé de 215 000 €, et une durée d’emprunt plutôt courte, autour de 15 ans.
DES ATTENTES TRÈS PRÉCISES. Particulièrement prisés par cette clientèle aux attentes très précises, les programmes neufs en centre-ville. « Les seniors ont toujours représenté une part importante des acquéreurs de nos programmes neufs, mais depuis quelques années, nous constatons une hausse d’un type de demande particulier, en lien avec l’augmentation de l’espérance de vie », commente le promoteur Benoît Migneaux, Président de Migneaux Immobilier. « J’ai coutume de parler du 4e âge, une période que de plus en plus de gens anticipent, durant laquelle on se déplace moins, et où on a besoin de vivre dans des espaces adaptés à une perte de mobilité. Beaucoup de ces acquéreurs disposent d’un budget conséquent, car ils financent leur projet grâce à la vente de leur résidence principale. Il s’agit souvent d’une maison devenue trop grande pour eux, avec un terrain qui nécessite un entretien régulier, et un ou plusieurs étages, donc des escaliers plus ou moins praticables. Dans la plupart des cas, ils vivent en périphérie plus ou moins proche d’une grande ville, et ne souhaitent pas quitter leur région, mais s’installer à proximité immédiate des commerces et des services, notamment les professionnels et les équipements de santé ». « Pour les seniors, l’emplacement représente un critère primordial. Ils recherchent très majoritairement le centre et l’hyper-centre. Ils ont même souvent une idée très précise du quartier, voire de la rue, où ils veulent s’installer. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ils ne cherchent pas le calme, parfois synonyme d’isolement, mais apprécient l’animation qui règne en ville, et souhaitent bénéficier d’un espace extérieur donnant sur la rue, y compris au premier étage ».
PRESTATIONS SUR MESURE. Ils accordent également une importance majeure au confort que leur garantit un programme neuf. « Ils sont très bien informés sur les nouvelles normes d’isolation phonique et thermique, et très attentifs au choix du système de chauffage et aux progrès de la domotique, par exemple le contrôle des radiateurs, de l’éclairage ou des volets par une télécommande ou un smartphone. La sécurisation des accès à l’immeuble fait aussi partie de leurs priorités ». Autre exigence récurrente, le logement doit être équipé et aménagé en fonction des problèmes de santé de ses occupants. Les accès handicapés et la présence d’un ascenseur sont indispensables. Mais il faut souvent aller plus loin, et personnaliser les équipements. Nous mettons à la disposition de nos clients les services d’une architecte d’intérieur, pour aménager l’appartement en amont. Il nous arrive de plus en plus fréquemment de modifier totalement l’agencement des pièces, de prévoir une salle de bains adaptée, de sécuriser les déplacements grâce à la pose de leds au sol, ou de modifier la hauteur des plans de travail et des différents éléments dans une cuisine. Le sur-mesure est devenu la norme ».
DES INVESTISSEURS AVISÉS. Si la pierre a toujours constitué une valeur refuge pour les seniors, ils sont de plus en plus nombreux à conjuguer plusieurs objectifs : investir pour mettre en location avant d’y résider la retraite venue, dans le cadre du dispositif Pinel. Prolongé à Reims jusqu’au 31 décembre 2021, il permet de choisir la durée durant laquelle on mettra un bien neuf en location (6, 9 ou 12 ans), y compris à ses ascendants ou ses descendants. Si on s’y prend suffisamment tôt, on peut ainsi profiter d’un apport conséquent grâce aux loyers, tout en bénéficiant de réductions fiscales appréciables, puis disposer d’une résidence principale adaptée à ses nouveaux besoins, construite selon les nouvelles normes, et dont les charges de copropriété seront moins élevées que dans un immeuble moins récent. A noter enfin que l’ancien conserve tout son charme pour les seniors : l’an dernier, près de 20 % des achats sur ce marché ont été effectués par des plus de 60 ans. Les critères privilégiés par ces clients rejoignent ceux qui prédominent dans le neuf, l’emplacement, la proximité des commerces et des services, et le côté pratique de l’aménagement intérieur. Seule différence notable, constatée par plusieurs agents rémois : fréquemment, les acquéreurs qui choisissent l’ancien n’utilisent pas tout l’argent qu’ils ont pu récupérer de la vente de leur bien précédent pour leur nouvel achat. Cela leur permet de profiter davantage de la vie, ou éventuellement d’aider leurs enfants.

Thématiques associées