Chinez dans le quartier du Boulingrin, à Reims

Par

Tiphanie
Regarder, fouiller, négocier, repartir sous le bras avec son butin du jour et la satisfaction d’avoir fait une bonne affaire, c’est possible dans le quartier du Boulingrin, à Reims. Et parce que je suis gentille (parfaite, joyeuse, dynamique, généreuse... ), je vous dévoile mes 4 adresses incontournables pour (re)décorer votre intérieur !
Antiquités Brocante, Ludovic Marchal, 26 rue du Général Sarrail. Quand vous êtes-vous lancé ? Ludovic Marchal : J’ai créé il y a 6 ans une petite boutique mélangeant les huiles peintes aux petits meubles vintage, en passant par tous types de bibelots, luminaires, statuettes, affiches pédagogiques et cartes géographiques, puis je me suis adapté à la demande de mes clients.Que recherchent-ils ? Au fur et à mesure, j’ai découvert qu’ils étaient sensibles également aux boîtes d’insectes ou de papillons, à tous types de curiosités, au design, au mobilier de jardin et à l’insolite ! Grâce à mes parutions hebdomadaires sur les réseaux sociaux, mes clients découvrent rapidement mes dernières trouvailles et réservent facilement en ligne leurs achats. J’expédie également beaucoup de tableaux et d’objets en France et en Europe… Où trouvez-vous tous ces objets uniques ? Je m’approvisionne principalement auprès des particuliers (je chine sur une centaine de brocantes chaque année).
La Boutique, Brocante-Antiquités, Nicolas Carré, 23 rue du Général Sarrail. Quand vous êtes-vous lancé ? Passionné depuis toujours de brocante, décoration, Art Déco et Art Nouveau, j’ai décidé il y a un an de quitter mon poste d’agent de maîtrise dans une grande société et de vivre de ma passion en ouvrant une boutique d’antiquités. Que trouve-t-on dans votre boutique ? Vous trouverez dans ma boutique toutes sortes d’objets : bibelots, petits mobiliers, jouets vintage… Je favorise la diversité tant au niveau des styles que des époques. Je souhaite que tout le monde puisse trouver son bonheur et à petits prix. Quelle est la clé de votre succès ? Je renouvelle très fréquemment les objets (environ 2 à 3 fois par semaine). D’une semaine sur l’autre, il y aura toujours des nouveautés. Le bouche à oreille a fait le reste, j’ai une clientèle fidèle et je privilégie la convivialité et l’échange.
Les Puces du Boulingrin. Elles existent depuis 1977. Cette manifestation, qui avait pris place durant de nombreuses années au Parc des Expositions, est revenue s’installer dans les Halles du Boulingrin après leur réhabilitation. Les exposants sont uniquement des professionnels, antiquaires et brocanteurs, chaque premier dimanche du mois. Vous croiserez aux puces des acheteurs professionnels, des chineurs amateurs et de simples promeneurs. Armés de votre panier sous le bras, vos Converse aux pieds et quelques billets dans votre portefeuille, on vous invite à vous y rendre dès l’ouverture avec l’impatience qu’ont les enfants avant une journée au parc d’attractions ! Le matin, c’est le moment idéal de la journée pour dénicher des petites merveilles, car les objets intéressants ont tendance à disparaître très tôt. Toutefois, si vous préférez faire la fermeture, à vous les bonnes affaires ! Faites un premier tour pour jeter un œil et repérer les objets qui pourraient vous intéresser, ensuite il ne vous reste plus qu’à être un fin négociateur.
L’Hôtel des Ventes de la Porte de Mars à Reims. Pour celles et ceux qui souhaitent dénicher des trésors, l’adrénaline en plus, on vous conseille vivement d’aller faire un tour en face des Halles, à l’Hôtel des Ventes, rue du Temple. Deux commissaires-priseurs y officient, spécialisés dans les expertises d’antiquités et d’objets d’art. Évidemment, on est bien loin del’esprit brocante ! Mais l’ambiance d’une vente aux enchères est incomparable et vous assurera des sensations fortes, surtout si quelque chose vous intéresse et que vous n’êtes pas le seul sur le coup ! L’ambiance est bon enfant et la salle tantôt captivée, tantôt dissipée. Si les fameux coups de marteaux vous intimident, vous pouvez toujours vous y rendre en tant que simples visiteurs. Les lieux, la façade Art Déco et le hall de 300 m2 rempli d’objets en tout genre valent à eux seuls le détour.