La décoration unique de la Cour d'Hortense, en Baie de Somme

Par

Anonyme
Mère et fille, Sandra et Valentine Nœuveglise, tiennent la maison d'hôtes la Cour d'Hortense, qui compte cinq chambres et un studio, à Sailly-Flibeaucourt, en Baie de Somme. (crédit photo : La cour d'Hortense)
L'installation récente date d'avril 2018. « Je tenais des chambres d'hôtes à Friville-Escarbotin. Quand ma fille a voulu travailler avec moi. Nous avons cherché un endroit plus grand », explique Sandra. Un nouveau départ professionnel, économique mais aussi créatif, pris à l'ouverture. Dans ce défi familial, les deux femmes ont su se faire plaisir dans la décoration des lieux. Chaque chambre porte le nom des enfants de la famille. Le ton est donné. « Nous avons fait faire le gros œuvre et une amie qui a le coup d’œil nous a aidé pour la décoration. À agencer autant de chambres d'un seul coup, en voulant leur donner une identité, on s'y perd ! » ajoute Sandra.
Le lieu en lui-même est chargé d'histoire. La Cour d'Hortense s'est établie à l'abri de la végétation, dans les anciennes écuries du château. Deux grands bâtiments magnifiquement restaurés s'étendent autour d'un parc de 5000 m2 avec pigeonnier et d'un bassin. Les deux femmes voulaient créer un lieu propice à la détente, c'est gagné ! D'ailleurs les enfants ne sont pas hébergés ici, pour conserver le calme et la quiétude naturelle, encore accentués par la salle détente (sauna, spa, hammam).
« Il faut que chacun puisse se ressourcer, se retrouver dans son espace sans être dérangé », expliquent les deux femmes. Les « espaces », ce sont les chambres finement décorées. Toutes ont un thème : bohème, tendance, romantique, couleurs de la Baie et design. Industriel pour le studio. Chacune joue sur les couleurs et les matériaux (métal, osier, bois...) sans jamais rien sacrifier au confort. « Je m'inspire beaucoup dans les magazines et les sites internet, explique Sandra, heureuse dans une boutique de décoration !
Je travaille aussi beaucoup la récupération en chinant dans les brocantes. Il ne faut pas que les clients se disent qu'ils peuvent faire la même chose chez eux, ce n'est pas le but. J'achète un minimum en magasin et travaille avec des créateurs locaux. Je joue sur le décalage, ne voulant ni trop moderne, ni trop classique. » Dans la salle de déjeuner, de grands meubles patinés voisinent avec une tendance scandinave, les hauts miroirs dorés renvoient la lumière sur les sculptures modernes et les antiquités, dans un esprit « cabinet de curiosités » très chaleureux.
La collaboration de la mère et de la fille a encore ouvert les horizons décoratifs : « Valentine a eu des idées et a osé ce que je n'aurais pas fait », note Sandra. Et la jeune fille de détailler « Nous offrons une décoration que les gens apprécient, mais dont ils pourraient se lasser chez eux à la longue. Ici, c'est le temps d'un séjour, une pause, on peut franchir certaines limites ». Par Magali Mustioli-Hercé.