Les petites histoires de la cathédrale de Reims

Par

Tiphanie
Suite à mon article sur Reims et ses jolies choses à découvrir, je reviens vers vous pour vous dévoiler les secrets et anecdotes du monument le plus visité de la ville. Lieu de sacre de 31 rois de France et fleuron de l'architecture gothique, la cathédrale de Reims m'a époustouflé par toute son histoire...
LA LÉGENDE DU BOULET. Non, non et non, la sphère métallique plantée sur la façade de Notre-Dame, entre le portail central et la grande rose, n’est pas un boulet de canon venu se loger par miracle sous les pieds de la Vierge. Il n’a donc été tiré ni durant la Première Guerre (ça faisait un bail que les canons étaient obsolètes), ni par des artilleurs russes au début du XIXe siècle, son diamètre de 90 cm étant bien trop considérable pour les canons des guerres de l’Empire. « La boule de plomb représente la lune dans la scène du couronnement de la Vierge », précise Chloé Bienaimé-Czajko, guide, qui ajoute : « L’ensemble visible depuis le parvis n’est qu’une copie. La scène originale, qui date du XIVe siècle, est à admirer au Palais du Tau. »
JACOT LE CORBEAU APPRIVOISÉ. Les pigeons ne sont pas les seuls volatiles à fréquenter Notre-Dame. Dans les années cinquante, les maçons et tailleurs de pierre qui bichonnaient la cathédrale avaient paraît-il apprivoisé un corbeau. Quand l’animal, surnommé Jacot, est mort, après toute une vie à voleter entre échafaudages et gargouilles, ils lui ont réalisé sur mesure un sarcophage. La sépulture est longtemps restée dans les ateliers. Quarante ans plus tard, lorsque l’entreprise a déménagé ses locaux, Jacot a repris de la hauteur et retrouvé ses statues. Sa dépouille et son cercueil de pierre ont été coulés dans la maçonnerie… tout en haut de la tour nord de la cathédrale. Un clin d’oeil des artisans à leur mascotte.
LA MONTGOLFIÈRE QUI S'ACCROCHE. Le 4 juillet 1986, il est un peu plus de 20 heures et plusieurs montgolfières doivent prendre leur envol depuis le parvis de Notre-Dame. De nombreux spectateurs sont rassemblés autour du périmètre de sécurité pour assister à ce spectacle inédit. Un ballon décolle, monte quand un coup de vent stoppe son ascension et le plaque sur l’une des tours, où il reste accroché, sa nacelle en équilibre sur une corniche. Le public tremble, mais assez rapidement, les aérostiers indemnes rejoignent l’escalier intérieur de la cathédrale. Des sapeurs-pompiers du Grimp (groupe de reconnaissance et d’intervention en milieux périlleux) réussissent à détacher l’enveloppe de la montgolfière qui coiffe la tour. Sans aucun dégât.