Les Simone : collectif créatif à Amiens

Par

Tiphanie
Anne et Aurélie ont décidé d’unir leur énergie créative au sein du collectif Les Simone. Une drôle d’association en passe de vitaminer durablement le paysage amiénois ! Elles pétillent toutes deux à leur façon. L’une plutôt blonde, l’autre plutôt brune, ces deux drôles de dames ont la création chevillée au corps.
" Avant j’étais technicienne de laboratoire, et puis à la naissance de mes enfants, j’ai eu envie d’autre chose » explique Aurélie. La jeune femme, sourire franc et yeux de biche, se lance alors dans l’organisation d’ateliers créatifs pour les bambins, avant d’imaginer 1, 2, 3, p'tits pois, une griffe spécialisée dans la décoration pour les petits – et les plus grands -. « J’ai toujours aimé l’univers de l’enfance, il n’y a pas de limites et il y a quelque chose de toujours positif » ajoute-t-elle. Inspirée par tout ce qui l’entoure, Aurélie confectionne sans cesse de petits objets qui viennent embellir le quotidien. Des petits trésors que l’on retrouve sur A little Market ou Etsy.
À ses côtés, Anne, frimousse avenante et grands yeux curieux prend une gorgée de thé avant de commencer : « Je travaille dans l’administration, mais j’ai toujours été très attirée par la création. En 2011, ma mère m’a offert la machine à coudre de ma grand-mère. Elle était couturière et je me souviens de tous les après-midis passés dans son atelier à collecter des morceaux de tissu » dit-elle dans un sourire. Anne prend alors des cours de couture avec « Bernadette » au sein de l’ancienne boutique Singer. « Elle était absolument formidable ! » lance celle qui retrouve instantanément sa passion pour la matière. Petit à petit, elle commence à créer des broches en tissu, pour elle, pour ses amies et bientôt en ligne. Hard-to-find-easy-to-love est une petite madeleine, elle aussi tirée de l’enfance.
Et puis, comme une évidence, les deux créatrices se retrouvent il y a deux ans à la boutique éphémère de l’association « La Fabrique des créateurs ». Ensemble, elles partagent quelques heures dans ce haut lieu de création. « Nous nous sommes tout de suite bien entendues, même si nos techniques sont différentes, nous avons la même façon de voir les choses » souligne Anne. S’il n’est pas question de collaboration immédiatement, Aurélie et Anne continuent à échanger, à partager. Une émulation naît naturellement. « C’est assez rassurant de pouvoir discuter avec quelqu’un qui est elle aussi d’ordinaire seule dans son atelier » confie Aurélie. De fil en aiguille, la complicité laisse place à une vraie envie de collaboration. L’organisation d’une soirée consacrée à la création locale au sein de La Coloc’ donne le petit coup de pouce qui manquait jusqu’ici. Aurélie et Anne deviennent le collectif Les Simone, « ça avait du sens finalement » raconte Anne qui a fait une liste - son côté très organisé dit-elle - avec une vingtaine de prénoms féminins. Simone, ce prénom doux comme une grand-mère, un peu décalé mais aussi engagé (on pense forcément au Castor et à LA ministre), s’impose immédiatement. Parce que pour nos deux énergiques Simone, il n’y a pas que la création qui les titille ! « Nous avions envie de promouvoir le local. Parce que nous aimons notre ville, parce que nous sommes persuadées qu’elle déborde d’atouts et qu’il y a beaucoup de gens comme nous qui ont envie de faire des choses » tempêtent-elles en chœur. Partenariats, créations d’évènements, ateliers créatifs... depuis la fameuse soirée de mars où le collectif a exposé pour la première fois une collection commune, les Simone débordent de projets. « Ça nous dépasse même un peu » plaisante Anne. Pratique, graphique, les Simone proposent de la décoration, des objets pratiques et une foule de petits accessoires.
"Cette aventure permet de ne pas nous laisser enfermer dans une case, là nous avons une nouvelle identité à explorer, des thématiques à créer, des concepts à développer, c’est très stimulant. Nous voulons absolument rester libres ! » disent-elles encore. Sacs de courses réutilisables, suspensions, coussins, dessous de plats, décorations murales... la prochaine collection de Simone sera résolument ethnique, tournée vers la nature et l’écologie. « À partir de photos et d’objets nous avons constitué une planche d’inspiration que nous avons déclinée. Cette fois-ci, nous avons créé des choses plus vitaminées où le wax –tissu africain- tient une grande place » note Aurélie. Propulsées par une « bonne énergie » Anne et Aurélie pensent déjà à leurs futurs partenariats pour mettre en avant le dynamisme local. « Nous pensons par exemple à des Amap avec qui l’on pourrait travailler, mais nous sommes ouvertes à toutes propositions » dit Anne.
Après notre entretien, les deux ambassadrices de la bonne humeur devaient poursuivre avec un second rendez-vous professionnel. « On a lancé le collectif, comme ça, pour voir, parce que l’on avait envie de faire des choses, mais là, on ne peut plus reculer » plaisantent-elles. Amiens est prévenue, à l’avenir c’est avec Les Simone qu’il faudra compter.

Thématiques associées