Visite virtuelle ! Tous les conseils pour votre projet.
Rencontrez les acteurs de l'immo et de la déco sur notre site 360m2

L'envie d'espace pour un achat immobilier après le confinement

Immobilier : après le confinement, on rêve d’espace

Par

Karin Scherhag
L'envie d'espace pour un achat immobilier après le confinement
Un jardin, une belle cuisine, un bureau séparé… Le télétravail et le confinement imposés pour limiter la propagation du coronavirus ont influencé les envies immobilières. Une tendance qui pourrait s’inscrire dans la durée ? Pas sûr. Crédit Photo : VDNPQR

Propriétaire depuis un an d’une maison de ville sans jardin, Alice a failli la mettre en vente dès le début du confinement. Raisonnée par ses proches, elle a finalement mis ce temps à profit pour aménager sa petite cour en véritable coin de détente égayé de plantes vertes. « Ce n’est pas le jardin de mes rêves mais j’ai la chance d’avoir ce petit extérieur », confie la jeune femme qui a décidé de reporter son projet immobilier « d’au moins deux ans ».

D’autres ont choisi de ne pas attendre. « On vient de passer deux mois enfermés entre quatre murs alors aujourd’hui, on ne s’imagine plus vivre en appartement  », explique Sylvie. Citadine pur jus, elle loue avec son conjoint un 60 m² dans le centre de Lille. En pleine pandémiele couple a abandonné son projet d’achat d’un T3 sur plans pour chercher une maison dans la campagne lilloise avec « au moins 200 m² de terrain. »

Sylvie et son conjoint sont loin d’être un cas isolé. Depuis le premier jour du confinement, le 17 mars, le taux de consultation des maisons à vendre a explosé sur les sites immobiliers. Une tendance qui ne se dément pas malgré la levée du confinement.

 « C’est compliqué de tirer des conclusions après seulement quelques semaines mais c’est vrai que les comportements d’achat évoluent, confirme Jean Boutoille, directeur général de Square Habitat Nord de FranceEn plus du confinement, on a un printemps incroyable. La somme des deux pousse les gens à vouloir un extérieur. De même que le télétravail influence les recherches : nos clients veulent désormais un vrai bureau. Mais s’écarter de la métropole signifie être en capacité de s’organiser autrement. Quelles seront les nouvelles méthodes de travail dans six mois ou un an ? C’est aussi cela qui va déterminer les tendances du marché. »

 

Autres articles