Visite virtuelle ! Tous les conseils pour votre projet.
Rencontrez les acteurs de l'immo et de la déco sur notre site 360m2

Troyes : le quartier gare entame sa mue

Par

Tiphanie
Le projet de requalification du Pôle Gare, dont les travaux ont débuté le 6 mars 2017, va redonner du cachet à ce quartier qui reste très prisé par les acheteurs du fait de son emplacement idéal entre transports en communs et entrée du Bouchon de Champagne.

LA GARE DANS L'HISTOIRE. L’histoire des chemins de fer troyens commence avec la construction d’une première gare en 1848 à « l’embarcadère », à l’emplacement de l’actuel Espace Argence. En 1855, une partie du bâtiment principal est détruit par un incendie, ce qui, avec l’essor des chemins de fer et l’ouverture de la ligne Paris-Bâle, amènera la gare de Troyes à déménager à son emplacement actuel dix ans plus tard.A l’époque, on utilise le train pour le déplacement des hommes et des marchandises.Le trafic voyageur continue à se développer, on exporte les produits fabriqués par les usines de la bonneterie troyenne. Des nouvelles lignes de train sont créées sont progressivement jusqu’à la fi n du XIXe siècle (lignes allant vers Bar-sur -Seine, Brienne, Arcis-sur-Aube, Saint-Florentin). Troyes est devenu un nœud ferroviaire important. On va donc construire un hall de gare et un nouveau bâtiment. Il ya quatre quais et 7 voies. Au début du XXe siècle, elle poursuit son développement architectural avec l’évolution du transport ferroviaire en écho à l’essor de l’industrie et du tourisme. Ce déploiement va permettre la création d’infrastructures dans le quartier de la gare.

DÉVELOPPEMENT DE L'INDUSTRIE AUTOUR DE LA GARE. De nombreuses usines vont peu à peu longer la ligne de chemin de fer durant ce début du XXe siècle avec l’essor de la bonneterie. En 1902, la Ruche moderne, construite par l’architecte Felix Bouton entre la rue Coulommière et la rue du Ravelin, offre une façade ornée d’un décor d’abeilles et de ruches qui est encore visible aujourd’hui. Le bâtiment au 2, boulevard Carnot, qui héberge la pharmacie et des logements dans ses étages, est créé en 1921. Henri Clergé y installe le Comptoir Général des Cycles Prester et se fait faire un appartement d’habitation à l’étage. Ce sera ensuite la Bonneterie Auboise qui investira le bâtiment dans les années 1940 pendant plus d’une trentaine d’années. La Maison des Sociétés Sportives (ancien Office Municipal des Sports) prendra le relais jusqu’en 2005. Le bâtiment sera alors réhabilité pour devenir la pharmacie que nous connaissons aujourd’hui. Avec le développement du tourisme, deux hôtels vont voir le jour au début du XXe siècle. L’un deux, l’Hôtel Terminus, sera incendié lors de la Libération de Troyes, le 24 août 1944. Des immeubles seront construits dans son alignement, habillés de parements en pierre pour privilégier l’homogénéité. Quant à la chaussée, elle sera élargie de 12 mètres.

UNE PREMIÈRE PHASE DE TRAVAUX TERMINÉE. Malgré le développement de la voiture qui a provoqué une baisse de la fréquentation à partir des années 1960 et la fermeture de plusieurs lignes, la gare de Troyes accueille chaque année plus d’un million de voyageurs. La requalification de la gare répond donc à un triple enjeu économique, commercial et résidentiel : redonner toute sa place à ce quartier à l’échelle de la ville en améliorant le cadre de vie des habitants et l’accueil des personnes de passage ; garantir son fonctionnement en termes de déplacement (intermodalité et accessibilité pour tous les modes de transport : piétons, vélos, deux-roues motorisés, voitures, bus, cars, taxis…) notamment en direction du centre-ville ; créer un nouveau pôle d’activité économique attractif à l’entrée du Bouchon de Champagne. Entre mars à octobre 2017, le parvis de la gare a subi une première métamorphose avec un espace paysager redessiné et la mise en place de bancs. Un parking courte durée de 70 places a été aménagé à proximité de la gare et le monument des enfants de l’Aube a été aligné sur les jardins du Beffroi et de Chevreuse. Son parvis permettra maintenant d’accueillir les commémorations sans entraver la circulation.

UN QUARTIER EN MUTATION. Les travaux se poursuivent jusqu’en août 2018 sur le boulevard Carnot et la place Casimir-Perier, suivis par la construction d’un parking longue durée le long de la voie ferrée. Une toute nouvelle gare routière structurée amènera plus de confort à ses usagers avec une structure éclairée permettant de s’abriter de la pluie et des bancs. Ces travaux de requalification du pôle gare, portés par le Grand Troyes avec le soutien financier de la Ville de Troyes, de la Région Grand Est, de l’État et de SNCF Gares et Connexions, s’élèvent à 22 millions d’euros.L’ancien bâtiment de la Ruche Moderne, qui était utilisé comme parking sur plusieurs niveaux puis laissé à l’abandon, va également connaître une nouvelle vie grâce la construction de logements entrepris par le bailleur Mon Logis. Le quartier de la Gare redessiné va donner une nouvelle dynamique, accentuée par un nouveau pôle d’activité économique qui devrait se développer à l’emplacement de l’ancien Grand Hôtel et relancer ainsi l’offre commerciale.Paroles de pro : « Le quartier de la gare est plus demandé que ces dernières années du fait de la future électrification de la ligne. Des clients de la région parisienne recherchent des appartements proches de la gare et du Bouchon de Champagne. Les acheteurs sont principalement des investisseurs locaux ou parisiens qui sont parfois originaires de Troyes. Le bien le plus recherché est essentiellement l’appartement de type T2. Il faut compter 1650€, prix moyen du m² pour un appartement dans le quartier de la gare », explique Johan Pilloud, agence Damonte.

LES INCONTOURNABLES DU QUARTIER. Monument des enfants de l'Aube : C’est une des rares stèles en France à représenter notre défaite militaire contre la Prusse lors de la guerre de 1870. Elle a été érigée en 1890 à la mémoire des soldats décédés au combat. Un haut-relief circulaire en bronze qui symbolise une scène de bataille a été sculpté sur le bas de la stèle par l’artiste aubois Désiré Briden. Le haut du monument en marbre blanc, sculpté par Alfred Boucher, reproduit une femme, buste en avant avec ses deux fi ls, dont l’un porte un glaive et de l’autre côté une personne forgeant une épée. Le 19 septembre dernier, il a été déplacé de 13,57 mètres pour les besoins de la requalification de la gare.Villa du Héraut : Commandée par Eugène Pozzi, pharmacien au 12 rue de la République, et édifiée en 1907 par Joseph Bourquinel, architecte parisien, la villa du Héraut tire son nom de la sculpture de héraut portant à l’origine un étendard servant de girouette, qui surmontait le toit jusqu’en 2010. Située sur le boulevard Carnot, elle illustrait la richesse du pharmacien, qui l’a louée sans jamais l’habiter. C’est une maison bourgeoise de style 1900, conçue en pierre, brique et ardoise, dont la décoration est typique de l’Art nouveau avec gargouilles et descentes d’eau de pluie ouvragées.

Autres articles