Comment créer un éco-jardin ?

Par

Tiphanie
Déjà incontournable dans la construction ou l’automobile, le respect de l’environnement s’impose peu à peu dans les jardins, les potagers, sur les terrasses et sur les balcons. Conseils de deux spécialistes ardennaises pour une transition écologique réussie de votre extérieur.
Favoriser la biodiversité, consommer moins d’énergie, préférer les matériaux naturels produits dans le respect du développement durable : ces trois commandements de l’éco-jardinage s’appliquent à toutes les étapes de l’aménagement d’un espace extérieur, du choix des végétaux à celui du mobilier de jardin. « Les gens commencent à se sentir concernés, mais il reste du chemin à faire », constate Marie-Laure Toury, responsable du magasin Botanic de Vivier-au-Court, spécialiste du jardin écologique. « L’évolution de la réglementation sur les produits phyto nous amène notamment de nombreux clients à la recherche d’une alternative naturelle. Nos conseillers peuvent alors les orienter vers les nombreuses plantes et fleurs mellifères, qui favorisent la pollinisation. D’autres gestes relèvent du bon sens : on peut par exemple combiner des arbustes avec des baies et une mangeoire pour les oiseaux, qui mangeront larves et pucerons le printemps venu ».
PENSER AUX GRAMINÉES. Les réticences à planter des graminées, comme le stipa ou le pennisetum, s’estompent progressivement », remarque Cécile Léger, co-gérante de Delhaye espaces verts à Prix-lès-Mézières. « Certes, elles ne fleurissent pas, mais s’intègrent parfaitement dans un jardin contemporain, et peuvent apporter un bel effet graphique dans un espace minéral ou au milieu d’un massif de plantes vivaces. Elles ne nécessitent pas d’arrosage, il faut juste les tailler à la fin de l’hiver ». Pour Marie-Laure Toury, « il faut toujours compte de la nature des sols. Les Ardennes se divisent en deux zones, l’une très calcaire, l’autre argileuse. Mais cela ne restreint pas forcément le choix, car les pépiniéristes savent aujourd’hui greffer un arbre fruitier, par exemple, sur un pied plus rustique et mieux adapté à notre région ».
MATÉRIAUX NATURELS. Le retour en force des pierres naturelles sur les terrasses et les allées s’inscrit dans la même logique. « Les grandes dalles ont particulièrement la cote », précise Cécile Léger. « Les dimensions peuvent aller de 40 sur 60 à 1 mètre sur 1. La forme des découpes évolue elle aussi. On peut facilement trouver un dallage trapézoïdal ou hexagonal ». Les pierres dures, comme le basalte, le granit ou la pierre bleue restent les plus demandées dans la région. Le bois, l’ardoise ou le grès conservent toutefois de nombreux adeptes. Enfin, en matière d’accessoires, d’objets de décoration ou de mobilier extérieur, de plus en plus de fabricants s’engagent dans une démarche écologique et éthique. « Dans la plupart des cas, les produits fabriqués dans le respect des normes environnementales et par de vrais salariés, pas des enfants, viennent de France ou d’Europe », indique Marie-Laure Toury. « Nous vendons tout de même des articles venus d’Asie, mais nous sommes extrêmement vigilants sur ces questions ».

Thématiques associées