Une maison connectée, comment ça marche ?

Par

Karin Scherhag
La programmation de votre lave-linge ou la fermeture automatique de vos volets : aujourd’hui, la domotique est partout. Grâce aux objets connectés, il est même possible de rendre sa maison « intelligente ». Explications. (photo : Pascal Bonnière. Infographie : Sylvie Laarj).

Contrôler sa maison à distance d’un simple clic ? C’est ce que vous permet la domotique. Vidéosurveillance, éclairage, volets roulants, verrouillage des portes, appareils électroménagers, arrosage du jardin… « Tout cela, ce n’est plus de la science-fiction. On est désormais capable de presque tout faire… à part peut-être créer une machine qui servirait des bières sans faux-col », plaisante Nicolas Sans, directeur de la société Gabeo Connect et chargé de mission auprès de la Fédération française de domotique.

Pour mieux comprendre comment fonctionne une maison connectée, 360m2 est allé avec lui à Wasquehal à la rencontre de Christophe et de sa famille, clients de Gabeo Connect depuis octobre 2016. « Pour nous, tout a commencé après une tentative de cambriolage assez traumatisante, se souvient Christophe. On a alors décidé de s’équiper d’une alarme. Puis on a installé la vidéosurveillance. Et de fil en aiguille, on a opté pour les volets, l’éclairage et le chauffage commandables à distance et enfin, les serrures connectées ».

De son téléphone portable ou de sa montre, Christophe contrôle l’ouverture et la fermeture de ses volets un par un, allume ou éteint les lumières de telle ou telle pièce et peut même (dé)verrouiller sa porte d’entrée ou en donner l’accès temporaire à une tierce personne. « La prochaine étape, ce sera de tout commander à la voix… et sans doute aussi d’investir dans une tondeuse automatique. » Les sèches-serviettes sont aussi réglés pour « livrer » des serviettes parfaitement chaudes le matin et le couloir de l’étage s’éclaire lorsque les enfants ouvrent la porte de leur chambre. Un petit ordinateur de bord, pas plus grand qu’un disque dur externe, contrôle le tout.

Le père de famille l’avoue : « La domotique est un engrenage. Une fois qu’on a mis le doigt dedans, on a du mal à s’arrêter. La seule limite, c’est l’imagination. » Christophe se défend toutefois d’être devenu fainéant. « On change simplement nos usages pour davantage de confort », rétorque-t-il. « La domotique veille sur votre maison et sur votre famille, intervient Nicolas Sans. Récemment, on a réalisé des installations chez un monsieur aveugle qui peut désormais ouvrir et fermer ses volets et commander la radio et la lecture de ses e-mails à la voix. On est sur un marché toujours plus grand du maintien à domicile des personnes âgées ou des personnes en situation de handicap. Dans les Ehpad, on pose des dalles qui détectent la position des personnes. Si quelqu’un reste allongé trop longtemps, l’alerte est donnée. On peut aussi être prévenu en cas de fuite de gaz ou de fuite d’eau. » (photo : Adobestock)

Pour tous ces aménagements, la famille de Wasquehal a déboursé 12 000 euros, en faisant le choix de modules haut de gamme. « La domotique se démocratise. On trouve des modules entre 30 et 70 euros pièce. Ce n’est donc plus réservé aux villas de luxe, précise le directeur de Gabeo Connect. L’année dernière, on trouvait entre trois et cinq produits connectés par maison. Il y en aura quinze fois plus dans dix ans." (photo : Adobestock)

 

D'autres articles pour mieux consommer : 

Autres articles