Une maison bourgeoise de 1923 rénovée et au charme d'antan !

Par

Karin Scherhag
maison-bourgeoise-jardin
Attenante à une ancienne usine textile, la grande demeure de Nathalie et Guillaume n’a rien perdu de son charme d’antan. Construite en 1923, elle a conservé de nombreux éléments d’époque, auxquels se marie aujourd’hui une décoration soignée et contemporaine. Coup de cœur assuré !
maison-bourgeoise-salle-a-manger
C’est l’une de ces pépites architecturales témoignant du riche passé textile de notre région. A quelques encablures de Lille, l’imposante maison de Nathalie et Guillaume ne laisse personne indifférent. Maison bourgeoise de 1923 ayant jadis abrité un directeur d’usine et sa famille, elle offre plus de 300 m2 habitables sur trois niveaux et est entièrement excavée. 
 
 
maison-bourgeoise-bureau

Dès la vaste entrée flanquée d’une volée de marches en marbre, le visiteur est plongé dans l’histoire de cette incroyable demeure qui n’a rien perdu de son caractère. « Nous avons emménagé il y a deux ans et demi, raconte Nathalie. Le couple précédent avait énormément investi pour la rénover en gardant les éléments d’origine. Nous n’avons donc pas eu de gros œuvre à faire mais dans des maisons comme celles-ci, très volumineuses, il faut sans cesse être vigilant car elles peuvent rapidement se dégrader. »

maison-bourgeoise-salon

La visite commence dans la salle de réception, sous une magnifique verrière, travaillée avec moult détails et où seul un œil expert peut apercevoir la date de création (1923). « C’est grâce à cela qu’on a pu dater plus précisément l’année de construction de la maison, souligne Nathalie. On retrouve d’ailleurs la même date sur le Saint-Pierre (un immense vitrail en parfait état figurant Saint-Pierre veille depuis la montée d’escalier, ndlr). On aimerait faire des recherches plus approfondies sur la maison mais hélas, une grande partie des archives municipales a été détruite pendant la guerre. » Guillaume a pu trouver une carte postale de 1925, dont il a tiré un agrandissement, et sur laquelle figure la maison et l’ancienne usine. Cette photo trône aujourd’hui fièrement dans la salle à manger.

maison-bourgeoise-salle-de-bain

La visite continue dans la cuisine qui jouxte la salle à manger et qui s’ouvre sur une arrière-cuisine équipée d’un interphone. Pratique pour communiquer avec le dernier étage de la maison où sont aménagés deux appartements de 50 et 80 m2. « Ça se faisait beaucoup dans les maisons de ce genre », explique Nathalie en nous proposant une petite démonstration. Dans le prolongement de la salle de réception, deux pièces en enfilade : un confortable salon dans lequel on a envie de se lover et une salle de billard dotée, comme toutes les autres pièces, d’une belle cheminée. De l’autre côté du long couloir, le couple partage un bureau peint dans un bleu vivifiant et un joli piano a trouvé sa place dans le vestiaire. Au premier étage, la chambre du couple mène à une spacieuse salle de bains. Un dressing, une salle de couture, une chambre d’amis et une seconde salle de bains complètent le niveau. A l’étage du dessus, les enfants de Nathalie et Guillaume ont pris leurs appartements.

maison-bouregoise-entree

Dans cette maison, les détails sont partout et l’on craint d’en rater : hautes portes en bois, carrelages et parquets d’époque, poignées de portes sur lesquelles sont sculptées des roses de style art déco, moulures au plafond (dont certaines reprennent la rose stylisée)… Nathalie et Guillaume ont en outre aménagé les lieux avec goût ; les œuvres d’art contemporaines viennent se marier parfaitement aux éléments du début XXème. « J’aime les objets qui me font plaisir quand je les croise », avoue Nathalie. Plaisir partagé.

Autres articles