Visite virtuelle ! Tous les conseils pour votre projet.
Rencontrez les acteurs de l'immo et de la déco sur notre site 360m2

Appart’City à La Madeleine inaugure son bâtiment rénové.

Les appart’hôtels se refont une santé

Par

Karin Scherhag
salon appart’hôtels la madeleine
Après une période de crise et de loyers revus à la baisse ou impayés, les appart’hôtels séduisent à nouveau les investisseurs qui y voient un moyen facile de rentabiliser leur bien. A Lille, les deux établissements d’Appart’City se sont même payés le luxe d’une remise en beauté. Photos : Baziz Chibane
Appart’City à La Madeleine inaugure son bâtiment rénové.

La hache de guerre semble définitivement enterrée entre Appart’City et ses investisseurs. Fin 2015, à Lille, une centaine d’entre eux poursuivaient en justice la société pour des retards de loyers pouvant aller jusqu’à un an. « Les relations sont aujourd’hui apaisées et les propriétaires sont plus en confiance », répond calmement Emilie Sarda, directrice marketing et communication chez le leader français des appart’hôtels, à la tête de 110 établissements en France et en Belgique. Il y a trois ans, Appart’City a finalisé une recapitalisation de 42 millions d’euros et engagé la rénovation de tous ses établissements à hauteur de 30 millions d’euros. Les deux établissements lillois (Lille Grand Palais et Lille Euralille, à La Madeleine) en ont bénéficié. « Lille représente pour nous un enjeu majeur de développement, souligne Emilie Sarda. Nous sommes d’ailleurs à la recherche d’établissements à racheter ou à construire en centre-ville… A Euralille, le bâtiment avait vingt ans ; la rénovation a plutôt consisté à faire du home staging dans chacun des 132 appartements. On a en revanche refait entièrement la partie lobby (réception, salle de petit-déjeuner et laverie, ndlr). » Les établissements d’Appart’City fonctionnent comme n’importe quel appart’hôtel (Adagio, All Suites, Residhome…) : un meublé de tourisme équipé - du studio au T4 avec un coin cuisine et une connexion internet haut-débit - proposant en outre les services d’un hôtel (restaurant, bar, distributeur de produits de première nécessité, au moins). « La semaine, nos établissements font le plein grâce à la clientèle professionnelle. 30 % de nos clients reviennent chaque semaine et certains laissent même leurs affaires sur place entre deux séjours. On cherche donc désormais à séduire les couples et les familles désireux de faire du tourisme urbain le week-end », commente la directrice marketing et communication.

Appart’City à La Madeleine inaugure son bâtiment rénové.

Est-ce une bonne idée d’investir dans un appart’hôtel ?

Appart’City s’appuie sur un réseau de 10 000 propriétaires pour 13 000 appartements. Si la société française entend acquérir ses futurs établissements, nombre d’investisseurs se laissent encore tenter par le concept d’appart’hôtel. Pourquoi ? Parce que comme pour toute résidence de services, le propriétaire confie la location de son bien à un exploitant : réservation, accueil, entretien du logement et des parties communes… Une tranquillité d’esprit d’autant plus importante que le propriétaire reçoit chaque mois le montant du loyer convenu dans le bail commercial, quel que soit le taux d’occupation de la résidence. Pour choisir l'appart'hôtel dans lequel vous allez investir, il faut avant tout étudier sa localisation (à proximité d’une grande ville où l’activité économique dynamique suscite des déplacements professionnels réguliers et/ou avec attractions touristiques nombreuses) et vérifier la qualité des services qui sont proposés par l’établissement. Tous ces éléments influencent le taux d'occupation de l’établissement et sa pérennité. En investissant dans ce type de bien, vous pouvez espérer un rendement annuel autour de 4 %. Mais tout n’est pas si parfait. Sachez que le bail commercial engage l’investisseur pour une durée minimum de neuf ans, sans possibilité d’interrompre le contrat avant. Un investissement à long terme qui mérite donc réflexion. Le bail doit en outre être réévalué au terme de ces neuf ans. Si la résidence est moins remplie que prévue, le gestionnaire peut décider de baisser les revenus qu’il verse chaque mois au propriétaire. Mais si la résidence fait le plein, il peut décider d’augmenter ses marges sans être obligé d’augmenter le loyer versé. D’autre part, le changement régulier de locataires peut engendrer des dégâts. L’exploitant peut alors demander à l’investisseur de participer aux frais de remise en état.

Thématiques associées

Autres articles