Visite virtuelle ! Tous les conseils pour votre projet.
Rencontrez les acteurs de l'immo et de la déco sur notre site 360m2

L’immobilier de luxe ne connaît pas la crise

L’immobilier de luxe ne connaît pas la crise

Par

Lucile
L’immobilier de luxe ne connaît pas la crise
Nouveaux critères, nouvelles destinations et envie de voir encore plus grand, l’immobilier de luxe n’a pas faibli, porté cette année par la demande des Français et non des étrangers.

Fortement mouvementé, l’année 2020 a engendré de nombreuses complications dans le secteur immobilier, notamment pour mener à bien la vente et l’achat de biens. Mais contrairement à l’immobilier de bureau, l’immobilier de luxe n’a pas vu ses chiffes s’effondrer, malgré l’absence des touristes dans l’Hexagone.

Immobilier de luxe : Des touristes absents mais un marché toujours dynamique

En 2020, les touristes n’ont pas pu profiter de vacances dans l’Hexagone, pourtant l’immobilier de prestige n’a pas ressenti cette absence. Les acheteurs français, se sont substitués aux touristes étrangers, notamment avec la généralisation du télétravail. Les Français ont de nouveaux critères d’achat, ils veulent déménager pour plus grand, s’acheter une résidence secondaire et d’autres encore changent complètement de ville pour s’installer au calme, et parfois même à la campagne, et encore plus, les acheteurs aux budgets conséquents.

Des critères bouleversés avec la crise qui ont mené à l’immobilier de prestige

Les investisseurs se sont tournés en 2020 vers des biens immobiliers rimant avec sérénité et long terme car ils n’ont pas perdu confiance en l’investissement immobilier et suivent seulement les évolutions du marché de l’immobilier de luxe. Ils sont donc plus sensibles à la verdure et à la proximité du littoral, pour convenir aux attentes des Français. Le désir de villa se fait, par exemple, de plus en plus ressentir.

Immobilier de prestige : de nouvelles villes en vogue en France

Ces nouveaux critères se traduisent donc dans l’attrait pour de nouvelles villes en France, plus qu’à l’étranger. Les investisseurs regardent de plus près du côté de la Normandie, la Bretagne et la Provence, avec la présence d’un jardin. Les envies d’investir dans la capitale et les grandes villes de l’Hexagone sont donc de plus en plus faibles. Les plus petites villes, facilement reliées à ces grandes métropoles ont désormais la cote !

 

Thématiques associées

Autres articles