Visite virtuelle ! Tous les conseils pour votre projet.
Rencontrez les acteurs de l'immo et de la déco sur notre site 360m2

Louer son logement pour quelques heures, une idée florissante

Louer son logement pour quelques heures, une idée florissante

Par

Karin Scherhag
Louer son logement pour quelques heures, une idée florissante
Des sites spécialisés permettent de louer tout ou partie de son bien pour des séminaires, des anniversaires, des mariages ou juste des barbecues. Un moyen facile d’arrondir les fins de mois et qui fait des émules dans la région. Crédit photos : Thierry Thorel

Gonzague Vanoverberghe n’a pas pensé son loft comme un décor de cinéma. « Tout cela est juste le résultat du travail et des voyages d’une vie. Tout a pris sa place naturellement pour devenir l’ADN de ma maison », explique-t-il en balayant du regard les collections aussi impressionnantes qu’éclectiques qui ornent les 650 m2 de son loft tourquennois : toiles grands formats, statuettes précolombiennes, icônes, tirages originaux de photos d’artistes… et animaux sauvages naturalisés. Ici, une girafe tutoie un ours polaire, un loup gris ou une lionne. Uniquement des animaux « morts dans un zoo, de mort naturelle », assure Gonzague, qui souhaite ainsi leur rendre hommage.

C’est dans ce décor incroyable que se joueront en mai prochain plusieurs parties de Cluedo géant : Murder Mystery. Des enquêtes pour meurtre sur fond de contrebande dans le Tourcoing des années 1930. « Les organisateurs sont venus repérer les lieux et ont adapté un peu l’histoire. Ils ne toucheront pas au décor et moi, je veillerai à enlever les petits objets qui peuvent facilement disparaître », indique encore Gonzague, qui se prêtera à ce type d’exercice pour la toute première fois. Le Loft Atypique, comme il l’a baptisé, accueille cependant régulièrement des invités : séminaires, tournages de clips, concerts privés, expositions éphémères, séances photo… Depuis 2018, plus de 150 événements ont déjà eu lieu dans ces murs. « J’ai affaire à une clientèle fatiguée de retrouver toujours les mêmes lieux sans chaleur. Et c’est justement ce qu’ils apprécient ici : le fait de se sentir accueillis chez quelqu’un, de ressentir l’âme du lieu. »

Gonzague Vanoverberghe ouvre son loft pour deux raisons : « Pour partager ce lieu incroyable et aussi pour couvrir les frais et les charges » inhérents à la réhabilitation de cette ancienne bonneterie de 1890. Car louer tout ou partie de son logement peut rapporter gros. En cette période de crise sanitaire, cela s’avère même plus intéressant que de mettre son bien en location sur des plateformes de meublés touristiques, type AirbnB ou Abritel. Pour une journée de séminaire, le Loft Atypique se négocie 100 euros par personne (déjeuner et collation compris), avec un minimum de dix participants.

Louer son logement pour quelques heures, une idée florissante

De 10 à 200 euros de l’heure dans le Nord et le Pas-de-Calais

Les annonces de logements à louer pour quelques heures fleurissent donc un peu partout en France et la région Hauts-de-France n’échappe pas au phénomène. Pour des événements professionnels mais aussi pour des mariages, des anniversaires ou de simples repas entre amis, on trouve de tout et pour tous les budgets. Plateforme collaborative dédiée à ce type d’événements, We Peps recense dans le Nord et le Pas-de-Calais des locations allant de 10 à 200 euros de l’heure : de la maison de ville de Waziers, en passant par l’appartement hausmannien de Roubaix, la piscine d’une villa contemporaine de Leers ou le spacieux jardin de Saint-Martin-au-Laërt… Les internautes peuvent aussi craquer pour une ancienne filature au bord de l’eau à Auchy-les-Hesdin. Il faut alors compter 200 euros de l’heure en semaine (250 euros le week-end).

Flairant le bon filon, des sites se spécialisent même carrément : Swimmy ne fait que de la location de piscine privée entre particuliers, quand Jardins privés et Louer Dehors proposent eux une large gamme de jardins. Du terrain en friche au jardin tout confort (piscine, spa, barbecue, terrain de pétanque…), en passant par le parc arboré, là encore il y en a pour tous les goûts et pour tous les budgets. Selon les sites, les prix sont calculés à la journée (jusqu’à 400 euros) ou à l’heure (jusqu’à 50 euros pour un nombre indéfini de convives). Pour « arrondir ses fins de mois », Martine loue ainsi son jardin de près de 1 500 m2 dans le bassin lensois pour 5 euros par heure et par personne. « Je l’ai d’abord fait par curiosité, raconte la retraitée. Mais je me suis rapidement prise au jeu. Les gens viennent ici pour se détendre, passer un moment en famille ou entre amis… L’ambiance est toujours bonne et on fait de belles rencontres. » Au printemps dernier, alors que les Français étaient confinés pour la première fois, Martine avait constaté un intérêt grandissant pour son petit coin de verdure. A l’approche des beaux jours, elle espère que les demandes se feront tout aussi pressantes cette année.

Quand votre maison fait son cinéma

Eux n’ont pas eu besoin de publier une annonce sur internet. Thierry Vandenbussche et son épouse sont les propriétaires du château Duriez, à Steene, à une vingtaine de kilomètres au sud de Dunkerque. Leur magnifique propriété du XVIIIème  siècle a tapé dans l’œil des équipes de tournage de la série de Canal+, Baron Noir. Une série politique en grande partie tournée dans le Dunkerquois. Le temps du tournage, le salon et le bureau ont figuré la résidence versaillaise des chefs d’Etat successifs : la Lanterne. À la demande du réalisateur Ziad Doueiri, « tout a été chamboulé, se souvient Thierry. Ils ont changé les rideaux, les tableaux, les livres, déplacé les meubles… rien ne leur faisait peur ! »

Pendant le tournage qui a duré seize jours, les propriétaires ont dû se faire tout petits « mais la maison est suffisamment grande (750 m² habitables) pour que nous n’ayons pas été gênés. » De plus nombreuses scènes encore ont été filmées dans le parc du château devenu pour les besoins de la série à la fois le jardin de la Lanterne et celui de l’Elysée.

Louer son logement pour quelques heures, une idée florissante

Jusqu’à 3000 euros d’indemnités quotidiennes

À Béthune, la famille Leu a elle aussi fait l’expérience du cinéma. En 2017, leur maison est repérée pour abriter un décor du film de Lucas Belvaux, Chez nous. Heureux hasard : le réalisateur recherchait « une maison en façade qui donne sur une petite rue avec un réverbère derrière et avec une façade rétro. » Les briquettes des années 50 de la maison béthunoise font alors toute la différence. Pendant une semaine, la famille a préféré déserter les lieux « de peur de déranger ». Elle a été logée dans un hôtel aux frais de la production. Les meubles et la décoration, qui ne correspondaient pas à l’ambiance du film, ont évidemment été scrupuleusement remis à leur place au départ des équipes de tournage.

Si l’expérience reste en général un bon souvenir pour les propriétaires, il se révèle surtout être un sacré coup de pouce financier. Un tournage à domicile rapporte en effet entre 1 500 et 3 000 euros par jour. Et ça, ce n’est pas du cinéma.

Quel gain pour ma location ?

Tout dépend bien sûr du lieu de votre résidence, mais aussi du nombre de personnes que vous êtes prêt à accueillir. Plus il y a « d’invités », plus la facture est élevée. We Peps, par exemple, aide ses hôtes à y voir plus clair : le site propose un simulateur de valeur locative et vous recommande quel tarif appliquer en fonction de votre code postal, du type de bien loué (maison, appartement, jardin, etc.) et de la surface dédiée à l’événement. « Les événements réservés via We Peps durent en moyenne sept heures, précise Benjamin Poutier, le co-fondateur du site. Le panier moyen des locataires se situe lui autour de 600 euros ». We Peps recommande par ailleurs d’établir un état des lieux d’entrée et de sortie afin de faire l’inventaire des meubles et équipements mis à disposition des locataires, mais aussi pour s’assurer d’une restitution correcte des lieux. Le site génère par ailleurs automatiquement un contrat d’assurance pour chaque réservation. Cette assurance, d’un montant forfaitaire de 14,17 euros, est obligatoire et à la charge du locataire.

Évidemment, ces revenus locatifs doivent être déclarés à l’administration fiscale et ce même si vous ne louez que votre salon ou votre jardin.

 

Autres articles