Visite virtuelle ! Tous les conseils pour votre projet.
Rencontrez les acteurs de l'immo et de la déco sur notre site 360m2

Immobilier : Ils vivent dans une maison flottante

Immobilier : Ils vivent dans une maison flottante

Par

Karin Scherhag
Immobilier : Ils vivent dans une maison flottante
Marion et Anthony nous ont ouverts les portes de leur maison sur l’eau. Posée sur un flotteur en béton, elle est amarrée sur le canal de Roubaix. Un concept unique en France qui ne manque pas d’attirer les curieux. Crédit photos : Pascal Bonnière.

Sur le chemin de halage qui longe le canal de Roubaix, à Marquette-lez-Lille, tout le monde connaît la maison de Marion et Anthony. « Passez l’écluse, faites encore 100 mètres et vous y serez. Vous ne pourrez pas la rater   !  », nous lance ce pêcheur après qu’un promeneur nous a déjà mis sur la voie. Posée sur l’eau depuis bientôt deux mois jour pour jour, la maison du couple attire nombre de curieux - comme nous – à la fois séduits et intrigués par cette insolite maison flottante.

Depuis le chemin, on ne distingue pas grand-chose d’autre qu’une maison presque traditionnelle, tout en longueur et joliment parée de bois. Une lampe allumée nous indique une présence à l’intérieur. Nous frappons. Par chance, Marion et Anthony sont disposés à nous recevoir à l’improviste. Á l’instant même où nous pénétrons dans le salon, nous sommes happés par la vue imprenable sur le canal et sur l’îlot boisé qui lui fait face. Nous oublions instantanément la ville qui ne se situe pourtant qu’à quelques mètres derrière nous. Marion sourit : « Être face à ça tous les jours, ça n’a pas de prix. Avant de recevoir la maison, nous sommes venus ici à toutes les saisons et nous avons été à chaque fois émerveillés par le site. J’espère qu’on le sera toujours ».

Trentenaires, dynamiques et citadins, Marion et Anthony vivaient auparavant dans un appartement du centre-ville de Lille. « On ne se souvient déjà plus du bruit que faisaient les voisins… Mais cette nuit, nous avons été réveillés par un canard énervé ! », plaisante le couple. « Nous rêvions de changer de vie, de rythme et de vivre sur l’eau. Nous avions d’abord pensé acheter une péniche mais cela nécessite énormément d’entretien, les aspects techniques sont lourds et il faut un matelas financier très confortable.  » C’est en tapant «  maison sur l’eau  » sur un moteur de recherche que Marion prend contact avec une jeune entreprise de région parisienne. La maison de Marquette est son tout premier projet mais elle planche à d’autres réalisations dans la région, à Marquette encore et dans les Weppes.

Immobilier : Ils vivent dans une maison flottante

Un prêt bancaire lui aussi unique

Le projet des Nordistes met quatre ans à se concrétiser. « Si on avait su que ce serait si long, on aurait peut-être renoncé », souffle la jeune femme qui avoue avoir pleuré le jour de la livraison. Si le constructeur basé aux Pays-Bas et l’architecte français font preuve d’énormément de souplesse, le couple se heurte à la rigidité des banques. « Ça a été la partie la plus compliquée. Pour nous suivre, les banques voulaient plus de garanties et un apport bien plus important. Ça a été long, on a douté et on a finalement obtenu un crédit unique. »

Marion et Anthony ont payé leur maison 300 000 euros. Un budget auquel il faut ajouter les frais annuels d’occupation temporaire (accordée par les Voies navigables de France (VNF) via une convention décennale) et le coût d’acheminement par péniche depuis les Pays-Bas.

Une première en France

La maison d’Anthony et Marion est posée sur un flotteur en béton et ça, c’est unique une première. La plateforme mesure 22 mètres sur 5 et la maison offre une surface habitable de 100 mètres carrés « excavés » (sans compter les deux terrasses) avec trois chambres et tout le confort moderne. Le couple a dû revoir sa copie plusieurs fois pour répondre à toutes les contraintes du site : passage d’une écluse et d’un pont notamment. « Á l’origine, il devait y avoir un étage », se souvient Marion.

Sans enfant au démarrage du projet, les amoureux sont aujourd’hui les parents de deux fillettes, de 3 ans et quatre mois. Pour elles, il a aussi fallu adapter les lieux, en intégrant par exemple un garde-corps transparent autour de la terrasse. « Notre aînée adore regarder passer les bateaux. Et elle connaîtra bientôt mieux les espèces d’oiseaux que nous », sourient les parents, ravis de ce changement de vie. « Nous voulions vivre à Lille ou Lambersart mais ce sont les VNF qui choisissent l’emplacement, en accord avec la municipalité d’accueil. Et finalement, ce lieu est génial car nous sommes en pleine nature mais pas loin du centre-ville. » Une place de parking leur est également réservée à quelques mètres de leur lieu de résidence.

Même si elle ne navigue pas, la maison flottante doit être équipée comme un bateau : des feux de signalisation, des gilets de sauvetage, des bouées et une ancre sont obligatoires. Elle dispose en outre d’une station d’épuration intégrée qui filtre l’eau avant de la rejeter, propre, dans le canal. L’entretien de la maison doit être fait tous les ans, notamment pour en vérifier la stabilité. Pour le reste, il s’agit presque d’une maison classique. Á ceci près que celle de Marion et Anthony est déplaçable à l’envi. « Il suffit de débrancher l’eau et l’électricité et c’est parti », indique le jeune homme.

Thématiques associées

Autres articles