Visite virtuelle ! Tous les conseils pour votre projet.
Rencontrez les acteurs de l'immo et de la déco sur notre site 360m2

Immobilier : la carte des prix dans le Nord et le Pas-de-Calais

Immobilier : la carte des prix dans le Nord et le Pas-de-Calais

Par

Karin Scherhag
Immobilier : la carte des prix dans le Nord et le Pas-de-Calais
Marquée par la crise du Covid-19, 2020 restera une année singulière sur le plan de l’immobilier aussi. Le marché passe par toutes les couleurs mais résiste plutôt bien, en particulier dans certains secteurs de la région. Lille, Calais, Béthune, Boulogne, Valenciennes ou Dunkerque, retrouvez les prix des appartements et maisons dans l’ensemble du Nord et du Pas-de-Calais. Infographies La VDN.

L’année 2020 s’annonçait comme un millésime exceptionnel sur le plan de l’immobilier avec un marché dynamique (le million de transactions devait être largement dépassé en France), des prix en hausse, des taux d’intérêt toujours historiquement bas et des acheteurs nombreux.

Mais le confinement a mis un coup d’arrêt brutal à cette euphorie. «Le marché a été amputé de 18% de son activité (soit 180 000 transactions), c’est impossible à rattraper», analyse-t-on chez le spécialiste de l’immobilier SeLoger.

Les acheteurs sont pourtant revenus en masse dès la levée du confinement, le 11mai, avec de nouveaux projets. Square Habitat Nord de France a ainsi enregistré une hausse de 35% de ses transactions en juin et de 20% en juillet par rapport aux mêmes mois de 2019. «Mais cela ne suffit pas à compenser l’arrêt de notre activité pendant deux mois», confirme Jean Boutoille, son directeur général.

«La réalité de leur budget»

D’autant que cette fièvre acheteuse semble se calmer depuis la rentrée.

La deuxième vague de l’épidémie, les annonces de plans sociaux (Bridgestone, Auchan, Renault…) et l’incertitude quant à la prise en charge du chômage partiel de longue durée rendent le climat anxiogène et provoquent l’attentisme de certains acheteurs.

D’autres encore doivent renoncer à leur rêve –né pendant le confinement– de maison avec jardin ou sacrifier certains critères (bureau séparé, extérieur…) pour des raisons financières. Car même si «les acheteurs veulent de la quiétude à tous les niveaux» selon Barbara Debusschère, dirigeante de Barbara Immobilier dans le Mélantois, «ils doivent aussi se confronter à la réalité de leur budget», prévient Jean Boutoille.

Immobilier : la carte des prix dans le Nord et le Pas-de-Calais

«Nouvelle ère de rééquilibrage»

C’est la surprise post-confinement: en dépit d’une dégradation du pouvoir d’achat de nombre de ménages et du durcissement des conditions d’accès au crédit, les prix de l’immobilier ne baissent pas significativement : -0,4% à Lille en septembre (3095 € le m2 en moyenne). En comparaison, le site MeilleursAgents y avait enregistré une hausse de 5,8% entre le 1er septembre 2019 et le 15mars 2020, puis de 0,5% entre le début du confinement et la rentrée (1er septembre 2020).

Certains observateurs se risquent à projeter une baisse des prix de l’ordre de 20% en moyenne en France dans les mois à venir. De leur côté, les experts de MeilleursAgents imaginent davantage «une nouvelle ère de rééquilibrage du marché à défaut d’un véritable retournement». Et donc une stabilisation. Plus encore dans le Nord et le Pas-de-Calais où le marché reste tendu: la demande est forte mais l’offre, elle, se fait toujours rare.

Pas d’effondrement du marché

C’est particulièrement vrai dans la métropole lilloise où on compte en moyenne douze acheteurs pour dix vendeurs et où les biens partent en moins d’une semaine. Toujours selon MeilleursAgents, Lille pourrait même être la ville française qui résisterait le mieux à la crise provoquée par le coronavirus.

Le site base son étude sur le pouvoir d’achat immobilier (50m2 à Lille, 48m2 en moyenne dans les onze plus grandes villes de France), la durée de l’amortissement d’un achat (quatre ans à Lille, cinq ans en moyenne), le pourcentage d’emplois perdus (1,7% à Lille, 2,5% en moyenne), le pourcentage d’emplois à risque (12% à Lille, 14% en moyenne) et l’indice de tension immobilière (20% à Lille, 13% en moyenne). L’effondrement du marché n’est donc toujours pas d’actualité.

Autres articles