Lille : découvrez les nouveaux projets de la friche Fives-Cail !

Par

Sébastien Bergès
friche-fives-cail-rehabilitation
Agriculture urbaine, bonne bouffe, loisirs… Zoom sur un petit secteur de la friche Fives-Cail (vous vous souvenez de la friche gourmande ?), à Lille, où se concentrent quelques projets intrigants.
les-serres-fives-cail

Les serres

L'ISA recherche des fermiers citadins pour faire pousser champignons et salades. En effet, cette école d’ingénieurs du groupe Yncrea, a lancé un appel pour recruter les futurs exploitants du module d’agriculture urbaine de Fives-Cail qui doit ouvrir au printemps 2020. L’endroit comprendra notamment une champignonnière, une serre aquaponique et une serre de formation. Les cultures se feront hors-sol, la pollution de Fives-Cail excluant la pleine terre. Le module se veut à la fois un lieu de production, d’apprentissage, de recherche et de vie du quartier. Les candidats ont jusqu’au 30 novembre pour se faire connaître, auprès d’Alix Réquillart, alix.requillart@yncrea.fr.
 

La Halle gourmande

Alors que le souvenir des apéros sur l’éphémère Friche gourmande est encore frais, le food court définitif de Fives-Cail entre dans la dernière ligne droite de sa construction. Niché sous une halle réhabilitée, cet espace de restauration regroupera plus d’une dizaine de restaurateurs autour de tablées partagées, réparties entre la salle intérieure, la « limonaïa » (sorte de jardin d’hiver) et les terrasses extérieures par beau temps. Outre cette adresse « gastro », la Halle gourmande, labellisée par la Commission européenne comme un dispositif innovant de lutte contre la pauvreté (lire ci-dessous), abritera une cuisine commune dédiée aux habitants et une cuisine-incubateur destinée aux professionnels. Ouverture début 2020.
 

LaLOCO

Qui a dit que les projets citoyens devaient être modestes ? LaLOCO, c’est une superproduction à cinq millions d’euros initiée par un Fivois, Laurent Courouble, et portée par le fonds d’investissement ETIC. Un « tiers lieu » de 2 700 m², ouvert au quartier et à ses initiatives, combinant café citoyen, épicerie bio et bureaux à destination d’acteurs de l’économie sociale et solidaire. Le bâtiment, dessiné par le cabinet d’architectes fivois Atelier 204 et élevé sous une halle bordant le passage de l’Internationale, se veut un fleuron de la construction durable et vise le label E+C- (« Énergie positive et réduction carbone »). LaLOCO planche actuellement sur son permis de construire, qu’elle s’apprête à déposer en janvier.
 

La halle G1

À espace exceptionnel, programme exceptionnel. Fort de ce credo, l’aménageur de Fives-Cail, Soreli, lançait en décembre 2018 un appel à projets pour imaginer une reconversion à « G1 », une halle atypique de Fives-Cail, sorte de tunnel de 96 mètres de long sur 12 de large. Et c’est le groupement de promoteurs Ervefel-Promonor qui a raflé la mise, avec un programme aussi atypique que l’endroit. Peu de détails ont encore filtré, mais le programme mélangerait de l’agriculture urbaine, de l’escalade et une troisième fonction en cours de définition.

 

 

 

Autres articles