Intérieur intemporel au Vélocipède de Saint-Valéry-sur-Somme

Par

Tiphanie
Située dans la cité médiévale de Saint-Valéry-sur-Somme au cœur de la Baie de Somme, l’une des plus belles baies au monde, je voulais absolument vous faire découvrir une maison d'hôtes qui recèle de petits trésors savamment mis en scène par Nathalie et Pascal Grimberg, des amoureux passionnés.
En 2007, ils ont repris une boutique quasi historique de la cité médiévale de Saint-Valéry-sur-Somme, en Baie de Somme, « Le Vélocipède ». La boutique de cycles est devenue, après onze mois de travaux un élégant restaurant doublé de chambres d'hôtes à l'étage. Et de quatre autres dans la maison d'en face, « La Femme d'à côté ». « Ici, tout le monde savait indiquer Le Vélocipède, très connu. Nous avons donc conservé son nom », indique Nathalie Grimberg. On soupçonne le grand respect du couple pour le patrimoine d'y être aussi pour quelque chose.
L'extérieur comme l'intérieur de la petite entreprise ont été extrêmement soignés. Le restaurant est une première vitrine. Parquet chaleureux, mobilier authentique, comme cet ancien comptoir de pharmacie détourné, massif et élégant, murs de briques accueillant les étagères de vin, suspension métallique de type bistrot industriel, chaises de designer en bois... on sent là le même sens du détail et le même bon goût pour mélanger les styles que dans chacune des chambres proposées.
À l'étage, la porte s'ouvre sur « La chambre noire ». Élégance et raffinement garantis. C'est une chambre illuminée par le retour de la lumière naturelle, répercutée par le mur de pierre et silex de l'église en face. Noire, mais pas sombre. « Le silex noir nous a inspiré pour cette première chambre, nous souhaitons retrouver la Baie de Somme dans une décoration intemporelle; ses matériaux, ses couleurs », explique Nathalie Grimberg. Chaque chambre a reçu le même soin en matière de couleurs, de thématiques. Les matériaux d'origine sont conservés dès que c'est possible, comme ce parquet massif simplement blanchi ou cette cloison vitrée détournée en tête de lit, cette porte de placard décapée qui camoufle finalement la salle de bains ou encore la montée de cheminée aux briques révélées qui répondent à la charpente dénudée, renforcée de tubes métal parfaitement intégrés. Nathalie et Pascal ont vécu leur projet. Chiner est une passion pour le couple qui possédait plusieurs collections de lustres et appliques, miroirs, mobilier vintage, photographies noir et blanc... bien avant de savoir comment les mettre en valeur !
Amoureux du beau, l'aménagement des intérieurs s'est imposé de lui-même, avec aujourd'hui deux maisons d'hôtes chaleureuses où chacun ne peut que s'émerveiller. « La Femme d'à côté » est située juste en face dans la rue. Son nom est un clin d’œil : « J'ai rejoint Pascal en 2010 avec le projet de cette seconde maison d'hôtes. Elle accueille une collection de 170 photos de femmes, comme un fil conducteur décoratif. Le nom est en référence à mon arrivée, à la collection et au film de François Truffaut ». Le reste de la décoration de cette maison est en style flamand toujours très soigné. Pas un détail ne vous fait sortir du décor si bien pensé. Couleurs, matières, bien qu'extirpées d'univers totalement différents, s'agencent et s'imbriquent à la perfection.
Marier le vintage et le moderne est tendance, mais le résultat n'est pas toujours à la hauteur des espoirs portés. Ici, c'est un zéro faute. Humble, Nathalie Grimberg note : « Nous n'étions pas certains du résultat, nous avons attendu avant de pouvoir être satisfaits. La plus belle récompense est de voir que nous avons créé un lieu où les gens mangent bien, se sentent bien et restent. Ils donnent l'adresse à leurs amis parce que ça leur a plu. C'est un travail de longue haleine, mais c'est la plus belle satisfaction, celle qui nous rend fiers ». Une maison est en vente au coin de la rue, on imaginerait bien le reste de la collection des Grimberg trouver une nouvelle adresse...