La ferronnerie d'art Tavernier façonne son savoir-faire depuis 1896

Par

Instinct
Au cœur de Fressenneville, dans le Vimeu, se situe la boutique de l'entreprise Tavernier, ferronnerie d'art. Ceux qui traversent le village régulièrement savent que derrière le rideau existe encore la forge centenaire. Celle qui a vu Gabriel Tavernier créer son atelier en 1896. Depuis, la ferronnerie d'art Tavernier a vu travailler quatre générations : Gabriel donc, à l'origine maréchal-ferrant de la garde républicaine, Paul, vice-président en son temps de la chambre des métiers, Michel meilleur ouvrier de France en 1954 et désormais Fabrice, aux commandes de l'entreprise familiale depuis 26 ans.
Le ferronnier d'art transforme la matière avec le feu. Il appartient au monde des professionnels du métal ; il crée, restaure et copie des mobiliers et ouvrages d'architectures, utilitaires ou décoratifs. La première étape est de concevoir le projet avec le client. « Il vient avec ses désirs et ses besoins, on discute et on détermine la création à venir, explique Fabrice Tavernier. La complexité définit le temps de réalisation et donc le prix, on peut faire quelque chose d'épuré ou de très travaillé. » Le savoir-faire familial a été transmis à travers quatre générations. Le métier a évolué, mais de nombreux gestes restent les mêmes dans l'atelier de 500 m2 de Fressenneville. Damien Leleu et Jean-Yves Forestier, les deux ouvriers de l'entreprise, les ont appris.
À l’origine, le ferronnier travaillait beaucoup pour le monde agricole, comme maréchal-ferrant, pour faire des clôtures aussi. Aujourd'hui, le marché des particuliers est le plus important : pergolas, portails, marquises, rampes, objets de décoration... L'entreprise Tavernier, grâce à son savoir-faire, travaille également sur des chantiers plus délicats pour les collectivités et les monuments classés. Dernièrement, une rampe en fer forgé a été réalisée pour la collégiale d'Abbeville. Le prochain chantier de cet ordre sera la réfection d'une ferme du XVIIe siècle en collaboration avec l'architecte des bâtiments de France et la Fondation du patrimoine.
Le sur-mesure, l'originalité alliée à la qualité et à la solidité, les détails soignés, sont les meilleurs arguments de l'entreprise. Pourtant, Fabrice Tavernier lutte encore contre des idées reçues : « il y a trois fausses idées sur le métier : le prix, qui n'est pas plus cher qu'en grande surface, l'entretien car les produits sont sablés, métallisés et peints ce qui garantit l'absence d'entretien et la solidité, même en front de mer ; l'esthétique forcément ancienne, alors que nous travaillons autant du design moderne.
Finalement, on fait ce que l'on veut avec la matière avec en plus la résistance et l'aspect écologique, l'acier ne polluant pas et étant recyclable à l'infini » Fabrice s'est façonné au contact de ses aînés et n'a jamais pensé travailler dans un autre domaine. 26 ans plus tard, il reste passionné par la multitude d'applications de la matière : « l'aspect créatif me plaît énormément. D'une idée on passe à la fabrication, à l'achèvement et l'installation de la pièce dans son environnement. On fait en sorte qu'elle s'adapte, résiste et ravisse le client. Dans 300 ans, la ferronnerie Tavernier sera encore là ».