Visite virtuelle ! Tous les conseils pour votre projet.
Rencontrez les acteurs de l'immo et de la déco sur notre site 360m2

La rénovation au cœur du Plan de relance

La rénovation au cœur du Plan de relance

Par

Karin Scherhag
La rénovation au cœur du Plan de relance
France Relance a été présenté jeudi : plus de 7,3 milliards d’euros seront consacrés au bâtiment et au logement au travers de plusieurs dispositifs. L’accent sera surtout mis sur la rénovation énergétique, au détriment de la construction neuve.

Baptisé France Relance, le Plan de relance du gouvernement a été dévoilé le 3 septembre à Paris par le Premier ministre Jean Castex. Quelque 100 milliards d’euros – dont 40 % de fonds européens – seront mobilisés pour « préparer la France de 2030 ».

Le secteur de la construction est largement concerné par les mesures contenues dans ce plan puisque 6,7 milliards d’euros seront consacrés sur deux ans à la rénovation énergétique. Dans le détail, 4 milliards d’euros seront affectés aux bâtiments tertiaires publics (écoles, universités, logements étudiants, administrations, commissariats, tribunaux…) pour initier la rénovation de 15 millions de mètres carrés. Le budget du dispositif MaPrimeRénov, qui n’était jusque-là que de 390 millions d’euros par an, sera quant à lui rallongé de deux milliards d’euros sur deux ans. A partir du 1er  janvier 2021, cette aide précédemment réservée aux ménages modestes sera ouverte à tous les foyers, quel que soit leur niveau de ressources. Elle sera également accessible aux syndicats de copropriété et aux bailleurs pour faciliter encore les démarches. Elle pourra en outre couvrir les rénovations globales et plus uniquement les travaux d’isolation, les changements de fenêtres ou les remplacements de chaudière. Il faudra attendre la fin du mois de septembre pour connaître les nouveaux critères d’accès de MaPrimeRénov. Le reste de l’enveloppe sera fléché vers la rénovation lourde des logements sociaux (500 millions d’euros) et 200 millions d’euros seront réservés aux TPE-PME, sous la forme d’un crédit d’impôt de 30 % des travaux, plafonné à 20 000 euros.

Le gouvernement espère ainsi lever quelques freins et « avoir un réel impact sur les émissions de CO2  » en donnant l’impulsion nécessaire pour lancer la rénovation du tertiaire. Et pour passer, pour les logements privés, de rénovations partielles visant seulement la baisse de la consommation d’énergie (la France compte 4,8 millions de passoires thermiques) à des rénovations « plus globales et efficaces ».

La Fédération française du bâtiment (FFB) s’est dite « satisfaite » à l’annonce du Plan mais demande au gouvernement d’aller plus loin avec un prêt à taux zéro (PTZ) à 40 % sur tout le territoire, le rétablissement de l’APL Accession et la prolongation du dispositif Pinel qui doit prendre fin au 31 décembre 2021.

La rénovation au cœur du Plan de relance

Une perte de 100 000 logements neufs en 2020

Et la construction neuve dans tout cela ? Le gouvernement a annoncé deux autres dispositifs dont les modalités seront précisées dans les prochaines semaines. D’abord, une aide directe aux collectivités délivrant des permis de construire « au-delà d’un certain seuil de densité » : 350 millions d’euros leur seront affectés pour favoriser la construction de 50 000 logements en zone dense et limiter ainsi l’effet d’étalement urbain. Ensuite, un fonds friches de 300 millions d’euros qui doit permettre de subventionner les opérations de dépollution de friches (500 à 1 000 hectares sont visés). Des mesures jugées « insuffisantes » par les acteurs de l’immobilier et notamment par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) qui s’inquiète des conséquences de la crise sanitaire et annonce la perte de 100 000 logements neufs en 2020. « Si rien ne complète ces deux dispositifs, le risque est fort de voir la production durablement affaiblie, avec deux conséquences majeures à court terme : une contraction de l‘activité et une pénurie de logements abordables », réagit-on à la FPI. En plus d’un PTZ élargi aux classes moyennes, les professionnels de l’immobilier demandent au gouvernement d’accélérer la dématérialisation des instructions de permis de construire. Une promesse faite par l’ancien ministre du Logement, Julien Denormandie et qui permettrait de « faciliter la production » de logements.

Autres articles