Une maison plus grande sans déménager !

Par

Karin Scherhag
Extensions, surélévations ou dépendances : à chacun sa solution pour gagner des mètres carrés et donner un coup de neuf à sa maison. 360m2 est parti à la rencontre de Géraldine et Laurent, qui eux, ont opté pour une extension en bois.

« Un projet d’extension part toujours de cette question : « Est-ce qu’on déménage ou est-ce qu’on agrandit la maison ? », confirme Christophe Daams, gérant de la société Anex, spécialisée dans les extensions, surélévations et dépendances en bois. « Le marché de l’extension a le vent en poupe et le bois est désormais largement plébiscité. Quand on a commencé, en 2010, de nombreuses mairies ne voulaient pas d’extensions en bois car elles étaient synonymes de chalet. »

Les mentalités ont évolué. Et aujourd’hui, les consommateurs voient surtout les nombreux avantages qu’offre le bois : rapidité d’exécution, confort thermique et aspect esthétique notamment. Si Anex propose aussi des revêtements en zinc, brique ou fibre de ciment, 95 % des clients préfèrent garder l’habillage bois. « Avant, les gens essayaient de cacher le fait qu’ils avaient réalisé une extension. Maintenant, ils veulent carrément trancher avec l’existant. »

C’est le cas de Géraldine et Laurent, propriétaires d’une 1930 à Mérignies. Lorsque leur petite Esther pointe le bout de son nez en 2017, la maison qu’ils ont acquise quatre ans plus tôt n’est plus assez grande. « Il manquait une chambre, explique Géraldine. On aurait pu choisir de couper en deux celle de la fille aînée de Laurent mais on aurait eu deux toutes petites chambres. Sans compter qu’il aurait fallu déplacer l’escalier. » C’est en passant devant un chantier en cours à Avelin que le couple a le déclic. « On a adoré l’idée de l’extension en bois », se souvient le père de famille. « On savait juste qu’il nous fallait plus d’espace. Mais pour le reste, on était dans le flou », complète son épouse.

Christophe Daams étudie leurs besoins et leur propose de réaliser une surélévation de 20 m2 sur pilotis, intégrant un car port. Un projet idéal puisque la maison ne dispose pas de garage. Esther profite désormais d’une chambre spacieuse et ultra lumineuse. À l’autre bout de la maison, le couple de Mérignies décide de réaliser une seconde extension de 16 m². « On avait une partie de jardin inutilisée, explique Géraldine. On a donc choisi d’agrandir la chambre du rez-de-chaussée pour la transformer en suite parentale, avec grand dressing et salle de douche. » Une baie vitrée donnant sur le jardin est également installée dans cette chambre et l’isolation y est refaite. Coût total des travaux : 75 000 euros.

Si les prix sont variables en fonction des options choisies, les clients d’Anex déboursent en moyenne 2 000 euros/m2. L’entreprise propose en outre un panel complet de services : conception 3D du projet, gestion des démarches administratives et réalisation des travaux avec ses propres salariés. Pour le client, c’est la garantie d’avoir un seul interlocuteur. La société de Christophe Daams concrétise une trentaine de projets par an dans le Nord et le Pas-de-Calais. La majorité des demandes ? Suite parentale au rez-de-chaussée et création d’un salon-séjour ouvert sur l’extérieur avec grande baie vitrée. « L’extension permet de rendre son quotidien plus confortable et également d’ajouter une plus-value à sa maison. C’est aussi de plus en plus le point de départ d’une réhabilitation complète », analyse le chef d’entreprise.

Autres articles